Les Larmes de LaFaro : La Symphonie Interrompue d'une Légende Naissante

Grand fan de jazz ? Achetez les LPs remasterisés de Bill Evans par 2xHD, issus des masters analogiques originaux, ici.

Dans les annales de l'histoire du jazz, peu de noms résonnent avec l'impact profond et l'ascension fulgurante de Scott LaFaro. Son parcours d'enfant musicalement doué à virtuose révolutionnaire du jazz est une histoire de talent brut, de passion implacable et d'approche révolutionnaire de la contrebasse. L'histoire de LaFaro ne se résume pas aux notes qu'il a jouées ; c'est le récit d'une évolution musicale, de l'influence de sa famille et d'un dévouement sans faille à l'art du jazz. Né dans un environnement musicalement riche à Newark, dans le New Jersey, le parcours de LaFaro a été façonné par un mélange de talent inhérent et d'environnement stimulant, ce qui l'a amené à laisser une marque indélébile sur le monde du jazz.

La vie de Scott LaFaro à Newark, où il est né dans une famille enrichie par la musique, a jeté les bases de son illustre carrière. Son père, musicien de big band, a joué un rôle déterminant dans la formation de son environnement musical précoce. Le déménagement de la famille à Genève, dans l'État de New York, lorsque LaFaro avait cinq ans, a marqué le début de ses années de formation dans un environnement stimulant et musicalement dynamique.

Le parcours musical de LaFaro a commencé par des cours de piano à l'école primaire, période qui a révélé son affinité naturelle pour la musique. Au collège, il passe à la clarinette basse et au lycée, le saxophone ténor devient son instrument de prédilection. Ces premières années ont été cruciales pour l'épanouissement des talents musicaux de LaFaro et ont préparé le terrain pour ses futurs projets dans le domaine du jazz. Même une blessure à la lèvre au basket-ball, qui aurait pu décourager un musicien moins dévoué, n'a pas pu entamer son esprit musical. La résilience et le dévouement dont il a fait preuve à cette époque laissent présager la remarquable carrière qui l'attendait.

Dans cet environnement, Scott a été profondément influencé par son père, Joe LaFaro, violoniste de formation classique et musicien professionnel. L'expérience musicale diversifiée de Joe, allant de la musique classique au big band de jazz, a constitué une riche tapisserie d'influences pour le jeune Scott. La maison des LaFaro était une plaque tournante de l'activité musicale, avec des discussions régulières sur la musique, des séances d'écoute et des moments partagés au piano. Cette éducation musicale immersive a favorisé chez Scott un amour profond pour la musique et une compréhension aiguë de ses diverses formes et expressions.

Le tournant dans le parcours musical de LaFaro s'est produit au cours de sa dernière année de lycée. Devant apprendre un instrument à cordes pour sa spécialisation à l'Ithaca College, il a choisi la contrebasse - une décision qui allait redéfinir sa vie. La passion de LaFaro pour la contrebasse a été immédiate et dévorante, l'amenant à consacrer d'innombrables heures à la pratique et à la maîtrise de l'instrument. Ses progrès rapides et ses aptitudes naturelles pour la contrebasse sont indéniables et marquent son engagement total dans son nouvel amour.

Bien que le séjour de LaFaro à l'Ithaca College ait été bref, il a eu un impact considérable. Après avoir terminé sa première année, il a passé avec succès une audition pour le Buddy Morrow Orchestra, une étape décisive qui l'a amené à quitter l'université pour se lancer dans une carrière musicale professionnelle. Cette décision marque le début d'un chapitre exaltant de la vie de LaFaro, qui le verra devenir une figure révolutionnaire du monde du jazz. Sa décision de rejoindre le Buddy Morrow Orchestra n'était pas seulement un saut sur la scène du jazz professionnel ; elle marquait le véritable début d'une carrière musicale extraordinaire qui allait changer à jamais le paysage du jazz.

Du Bebop aux lignes de basse : LaFaro à l'âge d'or du jazz

L'émergence de Scott LaFaro dans le monde du jazz a coïncidé avec une ère d'innovation et de transformation sans précédent. La fin des années 1950 et le début des années 1960, période marquée par l'épanouissement du bebop et la genèse du jazz modal et du hard bop, ont constitué la toile de fond idéale pour le développement et l'exploration artistiques de LaFaro. C'était une époque où le jazz n'était pas seulement un genre, mais une révolution culturelle, qui évoluait et se redéfinissait en permanence.

LaFaro est entré dans ce monde dynamique après avoir quitté l'Ithaca College pour rejoindre le Buddy Morrow Orchestra, où il a commencé à perfectionner son art parmi des professionnels chevronnés. Son approche unique de la contrebasse a rapidement attiré l'attention, le distinguant au sein d'une scène déjà débordante de talents. Le style de LaFaro, caractérisé par sa brillance technique et son innovation audacieuse, a commencé à redéfinir le rôle de la contrebasse dans les ensembles de jazz, la faisant passer d'un rôle de soutien à un rôle plus interactif et mélodique.

Dans les années d'après-guerre, la scène du jazz était un creuset d'idées et de styles nouveaux. Le mouvement bebop, initié dans les années 1940 par des musiciens comme Charlie Parker et Dizzy Gillespie, avait déjà révolutionné le jazz avec ses harmonies complexes et ses tempos rapides. LaFaro, avec son talent profond et son approche novatrice, a absorbé ces influences et apporté sa voix unique à ce riche dialogue musical.

Ses collaborations avec divers grands noms du jazz, dont Victor Feldman, Chet Baker, Benny Goodman, Stan Kenton, Stan Getz et Ornette Coleman, n'étaient pas seulement des engagements professionnels, mais aussi des expériences d'apprentissage inestimables. Chaque collaboration a enrichi le vocabulaire musical de LaFaro et influencé l'évolution de son style. Cependant, c'est son association avec le Bill Evans Trio qui deviendra l'aspect le plus marquant de sa carrière. Avec Bill Evans et Paul Motian, le trio a créé un nouveau langage dans le jazz, où la contrebasse était une voix égale dans l'ensemble, s'engageant dans un dialogue complexe et intuitif avec le piano.

Le temps passé par LaFaro sur cette scène de jazz dynamique a également été marqué par un développement stylistique personnel. Influencé par les sons du hard bop, il expérimente des lignes mélodiques agressives et s'aventure dans le registre supérieur de son instrument, un domaine rarement exploré par les bassistes de l'époque. Cette approche novatrice a été une révélation dans la communauté du jazz, ajoutant une nouvelle dimension au jeu d'ensemble et élargissant le rôle de la contrebasse dans le jazz.

Les enregistrements du Bill Evans Trio, en particulier les sessions au Village Vanguard, ont permis de saisir le génie de LaFaro dans toute sa splendeur. Des albums comme "Sunday at the Village Vanguard" et "Waltz for Debby" témoignent de son talent, mettant en évidence sa capacité à tisser des lignes complexes et lyriques avec une profonde compréhension harmonique. Ces enregistrements restent essentiels dans l'histoire du jazz, illustrant l'impact de LaFaro sur le genre.

Le Bill Evans Trio : Un ensemble révolutionnaire

Le Bill Evans Trio, composé du pianiste Bill Evans, du batteur Paul Motian et du bassiste Scott LaFaro, est un point de repère dans l'histoire du jazz, symbolisant une période de créativité et d'innovation extraordinaires. La collaboration de ces trois musiciens à la fin des années 1950 et au début des années 1960 a marqué une phase révolutionnaire du jazz, redéfinissant le potentiel et la dynamique du format du trio de piano.

Avant l'arrivée de LaFaro, le rôle conventionnel de la contrebasse dans les ensembles de jazz était principalement rythmique, ancrant l'harmonie et maintenant le rythme. Cependant, l'arrivée de LaFaro dans le trio a marqué un changement de paradigme important. Grâce à sa technique virtuose et à son approche mélodique, il a transformé la contrebasse en un instrument principal, capable d'engager des dialogues complexes avec le piano et la batterie. Son jeu n'était pas un simple accompagnement, il faisait partie intégrante de l'improvisation et de l'expression collectives du trio.

La synergie au sein du Bill Evans Trio était palpable. Evans, connu pour son style de piano introspectif et lyrique, a trouvé en LaFaro une âme sœur. Leurs conversations musicales étaient intuitives et profondément connectées, créant un son à la fois novateur et intemporel. La batterie subtile et réactive de Paul Motian a ajouté une autre couche à cette interaction, complétant le paysage sonore unique du trio.

Le répertoire du trio, un mélange de standards de jazz et de compositions originales, a fourni la toile parfaite pour leur approche exploratoire. Leurs interprétations se caractérisent par un haut niveau de spontanéité et d'interaction, chaque membre contribuant de manière égale au processus créatif. Ils se démarquaient ainsi de la structure hiérarchique traditionnelle des trios de jazz, où le piano dominait souvent. Dans le Bill Evans Trio, chaque instrument avait une voix et la conversation entre eux était fluide et dynamique.

Leurs albums, en particulier ceux enregistrés en direct au Village Vanguard, "Sunday at the Village Vanguard" et "Waltz for Debby", sont vénérés dans le monde du jazz. Ces enregistrements capturent l'essence de l'approche novatrice du trio et témoignent de leur génie collectif. La musique qu'ils ont créée n'était pas seulement révolutionnaire ; elle a été transformatrice, influençant d'innombrables musiciens et ensembles au cours des décennies suivantes.

L'approche du trio en matière d'interprétation et d'enregistrement était également révolutionnaire. Ils ont mis l'accent sur l'importance du rôle de chaque instrument, veillant à ce que la basse et la batterie ne soient pas de simples accompagnements mais des partenaires égaux dans la conversation musicale. Cette approche égalitaire se reflète dans leurs enregistrements, où la clarté et l'interaction de chaque instrument sont clairement audibles, ce qui est rare dans les enregistrements de jazz de l'époque.

Maîtriser la contrebasse : le style de LaFaro

L'approche de la contrebasse par Scott LaFaro se caractérise par une agilité technique et une rapidité remarquables, un trait caractéristique qui distingue son jeu. Il utilisait plusieurs doigts pour pincer les cordes, une technique qui permettait une plus grande complexité et une meilleure continuité dans ses lignes. Cette approche lui permettait d'exécuter des phrases musicales complexes avec une fluidité exceptionnelle.

LaFaro a souvent exploré le registre aigu de la contrebasse, mettant en évidence sa capacité à articuler des idées dans cette tessiture jusqu'alors sous-utilisée. Dans le Bill Evans Trio, il a transformé le rôle de la contrebasse d'une colonne vertébrale rythmique en un participant actif et conversationnel, s'engageant dans une interaction dynamique avec le piano et la batterie. Ce style de jeu interactif a élevé la basse à un nouveau niveau d'engagement dans le jazz.

Son interprétation harmonique est un autre aspect déterminant de son style. LaFaro avait la liberté de jouer autour de l'harmonie écrite, contribuant de manière significative à la profondeur harmonique de l'ensemble. Ses interprétations étaient marquées par l'intensité rythmique, en particulier dans les morceaux à tempo moyen, avec des interactions et des contrepoints complexes avec Evans. Cette richesse rythmique a ajouté une couche dynamique au son du trio.

Échos Au-delà des Cordes : La vie, l'héritage et la fin tragique de Scott LaFaro

En dehors de la scène, la vie de Scott LaFaro était aussi riche et complexe que la musique qu'il créait. Connu pour son esprit vif et sa nature quelque peu introvertie, c'était un homme profond et intrigant. Son dévouement à son métier était profond, il passait souvent d'innombrables heures à peaufiner ses compétences. Cette quête incessante de la perfection reflétait clairement son engagement envers la musique, à l'image de la profondeur et de la complexité de son jeu. La passion de LaFaro allait au-delà de la musique et s'étendait à l'amour des voitures rapides, un contrepoint excitant mais risqué à ses activités musicales.

Malgré son attitude réservée, LaFaro a noué des liens profonds avec d'autres musiciens, marqués par un respect mutuel et un langage créatif commun. Il n'était pas du genre à dominer les conversations, mais ses paroles, comme sa musique, avaient un poids et une sagesse qui démentaient son âge. Cette combinaison de génie musical et de chaleur personnelle a fait de lui une figure bien-aimée de la communauté du jazz, respectée et admirée par ses pairs comme par ses fans.

La mort tragique de Scott LaFaro est survenue au petit matin du 6 juillet 1961, après une soirée passée avec des amis à Genève et à Varsovie, dans l'État de New York. Parmi les personnes présentes se trouvait Gap Mangione, qui se souvient que LaFaro avait qualifié Chet Baker de "tragédie américaine", un terme d'une ironie troublante compte tenu des événements de cette nuit-là. Sur le chemin du retour, LaFaro, apparemment endormi au volant, dévie de la route 5-20 et entre en collision avec un arbre, entraînant des blessures mortelles pour lui et son compagnon, Frank Ottley. La nouvelle de la mort de LaFaro a provoqué une onde de choc dans la communauté du jazz, et des musiciens comme le Getz Quartet, qui jouait à Saranac Lake à l'époque, ont assisté à ses funérailles. La médaille de Saint-Christophe que LaFaro portait toujours a notamment permis d'identifier son corps gravement brûlé. Sa disparition prématurée a profondément affecté Bill Evans, qui a parlé plus tard de leur intense connexion musicale et de son regret personnel pour les occasions perdues en raison de ses propres difficultés. La mort de LaFaro a marqué la fin d'un chapitre important de l'histoire du jazz et a laissé un profond impact sur ceux qui le connaissaient et admiraient son travail.

Malgré la brièveté de sa carrière, l'impact de LaFaro sur le jazz a été monumental. Son approche de la contrebasse - mélodique, fluide et riche en harmonies - a ouvert de nouvelles possibilités pour l'instrument et le jeu des ensembles de jazz. Il a défendu l'idée que la contrebasse est une voix proactive et égale dans les ensembles de jazz, ouvrant la voie à de futurs musiciens pour explorer et élargir leur rôle. Son travail avec le Bill Evans Trio reste une pierre angulaire du jazz, étudiée et vénérée par les musiciens et les amateurs.

Recommandations musicales :

  1. "Dimanche au Village Vanguard"(Bill Evans Trio) – Cet album live, enregistré en 1961, est l'un des plus acclamés de l'histoire du jazz. L'interaction de LaFaro avec le pianiste Bill Evans et le batteur Paul Motian est extraordinaire, en particulier sur des morceaux comme "Gloria's Step" et "Jade Visions", tous deux composés par LaFaro.
  2. "Valse pour Debby"(Bill Evans Trio) – Un autre album live issu des mêmes sessions du Village Vanguard de 1961 que "Sunday at the Village Vanguard". On y retrouve le travail novateur de LaFaro à la basse, le morceau-titre étant l'un des plus remarquables.
  3. "Portrait en jazz"(Bill Evans Trio) – Sorti en 1960, cet album contient certains des premiers enregistrements du Bill Evans Trio avec LaFaro. Des titres comme "Autumn Leaves" et "Come Rain or Come Shine" témoignent de l'alchimie du trio et de l'habileté de LaFaro à la basse.
  4. "Explorations"(Bill Evans Trio) – Cet album de 1961 met encore plus en valeur le talent de LaFaro, en particulier sur des morceaux comme "Nardis", où sa ligne de basse se fond parfaitement avec le piano d'Evans et la batterie de Motian.
  5. "Free Jazz : Une improvisation collective"(Ornette Coleman Double Quartet) – Cet album de 1961 d'Ornette Coleman présente LaFaro dans un cadre plus avant-gardiste, mettant en évidence sa polyvalence et sa capacité à s'adapter à différents styles de jazz.
  6. "Morceaux de Jade"(Scott LaFaro) – Bien qu'il ne s'agisse pas d'un album de LaFaro en tant que leader, cette publication posthume comprend des enregistrements rares de lui, notamment un morceau en solo et quelques morceaux en trio avec Don Friedman et Pete La Roca, ce qui donne un aperçu de son potentiel en tant que chef d'orchestre.

Bien que la carrière de LaFaro ait été tragiquement courte, ses contributions à ces albums ont été déterminantes dans l'évolution du jazz, en particulier en ce qui concerne le rôle de la contrebasse. Chacun de ces enregistrements témoigne de sa virtuosité, de sa créativité et de son influence durable dans le monde du jazz.

Cet article a été écrit à l'origine par Olivier Meunier-Plante pour PMA Magazine..